Bann_Controle_ELEC
Information Générale
Information Technique
Commander

Information Générale

Qu’est-ce qu’un contrôle d’installation électrique?

L’objectif du contrôle électrique est de garantir la sécurité de l’installation électrique du propriétaire ou du locataire. Il permet de les protéger des accidents éventuels liés à la non-conformité ou la vétusté d’une installation électrique existante.Uniquement un organisme agréé peut effectuer ce type de contrôle.

Quand dois-je faire contrôler mon installation électrique ?

Il existe différents types de contrôles d’installations électriques imposés par le RGIE (Règlement Général sur les Installations Electriques):

  • L’examen de conformité lors de la mise en service d’une installation électrique

Pour l’examen de conformité avant la mise en service, l’agent-visiteur vérifie que l’installation électrique satisfait aux prescriptions générales imposées par le RGIE (art.270).

Lorsque des infractions ont été constatées lors de l’examen de conformité, aucune installation ou partie d’installation ne peut être mise en service.

Les travaux nécessaires pour faire disparaître les infractions constatées au moment de la visite sont exécutés sans retard.

La vérification de la disparition des infractions est effectuée par le même organisme de contrôle que celui qui a réalisé la visite de contrôle.

  • L’examen de conformité en cas de modification importante de l’installation électrique existante

Pour une installation électrique domestique le rajout, par exemple, d’un nouveau circuit ou d’un système photovoltaïque est considéré comme une modification importante de l’installation respective.

Cet examen de conformité est limité à la partie ajoutée ou modifiée de l’installation (RGIE, art.270).

Si des éventuelles infractions sont constatées, les travaux nécessaires pour les faire disparaître doivent être exécutés sans retard et toutes mesures adéquates doivent être prises pour qu’en cas de maintien en service des installations, les infractions ne constituent pas un danger pour les personnes et les biens.

Une visite complémentaire est à exécuter par le même organisme avant un délai d’un an pour vérifier la levée des remarques.

  • L’examen de conformité lors du raccordement au réseau de distribution basse tension des armoires et coffrets de chantier

Pour l’examen de conformité et avant la mise en service, l’agent-visiteur vérifie que les tableaux et coffrets de chantier satisfont aux prescriptions générales imposées par le RGIE (art.258).

Lorsque des infractions ont été constatées lors de l’examen de conformité, le tableau ou le coffret de chantier ne peut être mis en service. Les travaux nécessaires pour faire disparaître les infractions constatées au moment de la visite sont exécutés sans retard.

La vérification de la disparition des infractions est effectuée par le même organisme de contrôle que celui qui a réalisé la visite de contrôle.

  • La visite de contrôle des installations à basse tension avant tout renforcement de la puissance de raccordement au réseau public de distribution d’énergie

Pour la visite de contrôle avant le renforcement  de puissance d’une installation électrique, l’agent-visiteur vérifie que l’installation électrique satisfait aux prescriptions générales imposées par le RGIE art.276 (toute installation électrique d’une unité d’habitation qui n’a pas fait l’objet d’un examen de conformité conformément à l’article 270).

Les infractions constatées au cours de la visite de contrôle doivent être résolues le plus rapidement possible. Les mesures nécessaires doivent être prises entre-temps, afin que l’installation en infraction (si elle est maintenue en service) ne constitue pas une danger pour les personnes ou les biens.

La vérification de la disparition des infractions au terme d’un an prenant cours le jour de la visite est effectuée par le même organisme de contrôle que celui qui a réalisé la visite de contrôle.

  • La visite de contrôle des installations électriques à basse tension lors de la vente d’une unité d’habitation   

Cette visite de contrôle est imposé par l’article 276 bis du RGIE. et s’applique à la vente d’une unité d’habitation:

  • équipée d’une ancienne installation électrique n’ayant subi aucune modification importante ou extension notable depuis le 1er octobre 1981
  • équipée d’une ancienne installation électrique ayant subi une modification importante ou extension notable depuis le 1er octobre 1981 mais dont la partie datant d’avant le 1er octobre 1981 n’a pas fait l’objet d’une visite de contrôle.

Comme stipulé à l’art.276 bis, paragraphe 02,c) cette visite de contrôle a pour but de constater la conformité de l’installation électrique avec les prescriptions du Règlement Général sur les Installations Electriques (R.G.I.E.)

Selon l’art.276 bis, paragraphe 02,a), le vendeur et l’acheteur de l’unité d’habitation ont des obligations à respecter.

Le vendeur de l’unité d’habitation est obligé :

  • de faire exécuter une visite de contrôle de l’installation électrique ;
  • de faire mentionner dans l’acte authentique, la date du procès-verbal de visite de contrôle et le fait de la remise dudit procès-verbal à l’acheteur.

Lorsque le vendeur et l’acheteur s‘accordent sur le fait qu’une visite de contrôle de l’installation électrique est superflue et inutile parce que l’acheteur va démolir le bâtiment ou rénover complètement l’installation électrique, le vendeur est obligé de faire mentionner cet accord dans l’acte authentique.

Le vendeur est obligé de faire mentionner dans l’acte authentique que l’acheteur doit informer par écrit la Direction Générale Energie, division Infrastructure de la démolition du bâtiment ou de la rénovation complète de l’installation électrique. Cette dernière transmet à l’acheteur un numéro de dossier et l’invite à lui remettre un procès-verbal de contrôle dès que la nouvelle installation électrique sera mise en usage.

Dans le cas d’impossibilité de faire le contrôle à l’occasion d’une vente ordonnée par décision de justice, celui qui requiert la vente est obligé de faire mentionner dans l’acte authentique ou dans le procès-verbal d’adjudication publique, l’absence de la visite de contrôle de l’installation électrique et l’intérêt pour l’acheteur de faire procéder à ce contrôle.

Dans le cas d’une visite de contrôle donnant lieu à un procès-verbal négatif, le vendeur est        obligé de faire mentionner dans l’acte authentique l’obligation pour l’acheteur de communiquer par écrit son identité et la date de l’acte de vente à l’organisme agréé qui a exécuté la visite de contrôle de l’installation électrique.

Après cette communication l’acheteur a le libre choix de désigner un organisme de contrôle agréé pour une nouvelle visite de contrôle afin de vérifier la disparition des infractions au terme du délai de 18 mois prenant cours le jour de l’acte de vente.

Si l’acheteur désigne un autre organisme agréé, ce dernier en informe l’organisme agréé qui a rédigé le premier procès-verbal de visite de contrôle.

Dans le cas où, lors de cette nouvelle visite de contrôle, des infractions subsistent, les

prescriptions de l’article 274.02 du R.G.I.E. sont d’application.

Art.274.02  Visite de contrôle :

« Les travaux nécessaires pour faire disparaître les infractions constatées au moment de la visite de contrôle périodique sont exécutés sans retard et toutes mesures adéquates prises pour qu’en cas de maintien en service de l’installation, lesdites infractions ne constituent pas un danger pour les personnes et les biens.

En outre, pour les installations électriques domestiques :

  • la vérification de la disparition des infractions est effectuée par le même organisme agréé que celui qui a réalisé la visite de contrôle ;
  • Le Service Public Fédéral ayant l’Energie dans ses attributions, est informé dans un délai d’un an, par l’organisme agréé qui a effectué la visite de contrôle, de l’existence d’infractions au cas où il n’est pas donné suite à la remise en ordre de l’installation.»

L’art.276 bis 02 b) prévoie qu’en cas de démolition du bâtiment ou d’une rénovation totale de l’installation électrique, les dispositions de l’art.270 (Examen de conformité des installations à basse tension avant mise en usage) sont d’application.

  • La visite de contrôle des installations électriques dont l’exécution a été entamée après le 1er octobre 1981

Pour la visite de contrôle périodique, l’agent-visiteur vérifie que l’installation électrique correspond aux prescriptions générales imposées par le RGIE art.271 :

Périodicité :

  • Tous les 25 ans pour les installations domestiques;
  • Tous les 13 mois pour les installations foraines;
  • Tous les 5 ans pour les autres installations;

Les infractions constatées au cours de la visite de contrôle doivent être résolues le plus rapidement possible. Les mesures nécessaires doivent être prises entre-temps, afin que l’installation en infraction (si elle est maintenue en service) ne constitue pas un danger pour les personnes ou les biens.

La vérification de la disparition des infractions au terme d’un an prenant cours le jour de la visite est effectuée par le même organisme de contrôle que celui qui a réalisé la visite de contrôle.

Que dois-je préparer pour le contrôle électrique de mon installation ?

Lors du contrôle de conformité vous devez présenter un schéma unifilaire et un schéma de position indiquant l’endroit exact où se situent les tableaux, boîtes de connexion et de dérivation, prises de courant, points lumineux et interrupteurs.

Lors de sa visite, notre expert doit avoir accès à l’armoire électrique principale ainsi qu’au compteur d’électricité.

Image-Shéma-unifilaire-contrôle électrique

Image-Shéma-unifilaire

Information Technique

Livret Controle

CONTACT
Tel : 0800 / 82 321
Mail : CERTI@GREENFISH.EU
Site web : WWW.GREENFISH-ENERGY.EU
Adresse : RUE TASSON-SNEL 12, 1060 BRUXELLES
RUE EUGENE JEAHAES 14, 4620 FLERON
Vade-Mecum
Des installations électriques domestiques
à basse et très basse tension
2
Table des matières
I. Réglementation des installations électriques domestiques à basse et très basse tension
1 .Introduction 4
2. Les contrôles des installations électriques domestiques imposés par R.G.I.E 5
2.1. Examen de conformité des installations à basse tension avant mise en usage 5
2.2. Examen de conformité en cas de modification importante ou d’augmentation
notable de l’installation existante 5
2.3 Examen de conformité lors du placement d’un compteur provisoire de chantier 6
2.4. Visite de contrôle des installations à basse tension avant tout renforcement
de la puissance de raccordement au réseau publique de distribution 6
2.5. Visite de contrôle lors de transfert de propriété d’une unité d’habitation 6
2.6. Visite de contrôle périodique des installations à basse tension dont
l’exécution a été entamée après le 1er octobre 1981 7
2.7. Visite de contrôle périodique des installations à basse tension
dont l’exécution a été réalisées avant le 1er octobre 1981 7
3. Documents à mettre à la disposition de l’organisme agréé pour le contrôle
d’une installation électrique domestique 8
3.1. Le dossier de l’installation électrique 8
3.2. Les schémas unifilaires et de position 8
3.2.1. Schéma unifilaire – définition, exemple 9
3.2.2. Schéma de position – définition, exemple 10
4. Devoirs du propriétaire, gestionnaire ou locataire 11
II. Guide pratique pour les installations électriques domestiques
1. Généralités 12
2. Règles de sécurité élémentaires 12
3. Présentation d’une installation électrique domestique 14
3.1. Installation de mise à la terre 14
3.1.1. Description 14
3.1.2. Prise de terre utilisateur 15
3.1.3. Barrette de sectionnement 17
3.1.4. Conducteurs de protection – conducteur de terre, conducteur principal de
protection, liaison équipotentielle principale et secondaire 17
3.1.4.1. Conducteur de terre 17
3.1.4.2. Conducteur principal de protection 17
3.1.4.3. Liaison équipotentielle principale (LEP) 18
3.1.4.4. Liaison équipotentielle secondaire (LES) 18
3.1.5. Sections des conducteurs de protection à respecter 19
3.2. Tableau de répartition 19
3.3. Dispositifs différentiels – prescription R.G.I.E., utilisation
en fonction de la valeur de résistance de dispersion de la prise de terre 20
3.4. Fusibles et disjoncteurs 23
3
3.5. Canalisations 24
3.5.1. Généralités 24
3.5.2. Mode de pose 24
3.5.3. Tubage 25
3.5.4. Section minimale des conducteurs 26
3.5.5. Code de couleurs des conducteurs 26
3.6. Prises, interrupteurs et éclairage 27
3.6.1. Prises 27
3.6.2 v 27
3.7. Salles de bains et de douches 28
3.7.1. Volumes 28
3.7.2. Matériel électrique autorisé dans les volumes 29
3.7.3. Canalisations électriques 30
3.7.4. Liaisons équipotentielles supplémentaires 30
3.7.5. Résistances chauffantes noyées dans le sol 31
3.8. Eclairage à très basse tension de sécurité 31
4. Annexe 1 – Symboles graphiques pour schémas électriques domestiques 33
Annexe 2 – Tarifs et contacts 38
4
I.Règlementation des installations électriques domestiques
à basse et très basse tension
1. Introduction
Ce guide pratique sur les installations électriques domestiques a pour but d’apporter des informations
et commentaires détaillés sur les principaux points des différents articles du Règlement Général sur les
Installations Electriques (R.G.I.E.).
Les prescriptions de sécurité auxquelles doivent satisfaire les installations électriques domestiques,
l’adaptation de ces prescriptions, soit pour en améliorer le contenu, soit pour l’adapter à l’évolution
technologique du matériel électrique est une compétence exclusive du ministre ayant l’Energie dans ses
attributions. Les prescriptions de sécurité auxquelles doit satisfaire toute installation électrique domestique
réalisée à partir du 1er octobre 1981 sont reprises dans le Règlement Général sur les Installations
Electriques (R.G.I.E.) rendu obligatoire par l’arrêté royal du 10 mars 1981.
5
2 LES CONTRÔLES DES INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES DOMESTIQUES
IMPOSÉS PAR R.G.I.E.
Pour garantir dans le temps la sécurité des installations électriques le R.G.I.E. impose un contrôle des installations électriques
domestiques, par un organisme agréé, dans les cas suivants :
2.1 Examen de conformité des installations à basse tension avant mise en usage
Pour l’examen de conformité avant la mise en service, l’agent visiteur vérifie que l’installation électrique satisfait aux
prescriptions générales imposées par le R.G.I.E. (art.270). Lorsque des infractions ont été constatées lors de l’examen
de conformité, aucune installation ou partie d’installation ne peut être mise en service. Les travaux nécessaires pour
faire disparaître les infractions constatées au moment de la visite sont exécutés sans retard. La vérification de la disparition
des infractions est effectuée par le même organisme de contrôle que celui qui a réalisé la visite de contrôle.
2.2 Examen de conformité en cas de modification importante ou d’augmentation notable de l’installation
existante
Pour les installations électriques domestiques, l’ajout d’un circuit est considéré comme une augmentation notable de
l’installation existante (art.270). Le raccordement d’une installation photovoltaïque sur le réseau électrique d’une unité
d’habitation est considéré comme une modification importante de celle-ci. Cet examen de conformité est limité à la
partie ajoutée ou modifiée de l’installation. Si des infractions sont constatées lors du contrôle sur la partie existante
de l’installation électrique (défauts d’isolement d’autres circuits, risques de contacts directs dans le tableau électrique,
section des conducteurs insuffisantes, … ) les infractions sont reprises sur le procès-verbal de visite et les travaux
nécessaires pour faire disparaître les infractions constatées pendant la visite de contrôle, doivent être exécutées sans
retard et toutes mesures adéquates doivent être prises pour qu’en cas de maintien en service des installations, les
infractions ne constituent pas un danger pour les personnes et les biens. Une visite complémentaire est à exécuter par
le même organisme de contrôle avant un délai d’un an pour vérifier la levée des remarques. Si une installation électrique
existante est d’une vétusté apparente et que le propriétaire ne peut démontrer qu’elle a été contrôlée depuis moins
de 25 ans, la société vérificatrice procédera au contrôle de l’entièreté de l’installation électrique.L’état de l’installation
électrique existante est donc un élément important à prendre en compte.
6
2.3 Examen de conformité lors du placement d’un compteur provisoire de
chantier :
Pour l’examen de conformité avant la mise en service, l’agent visiteur vérifie que l’installation électrique
satisfait bien aux prescriptions générales imposées par le R.G.I.E. (art.270). Lorsque des infractions ont
été constatées lors de l’examen de conformité, le tableau de chantier ne peut pas être mis en service.
Les travaux nécessaires pour faire disparaître les infractions constatées au moment de la visite sont à
exécuter sans retard. La vérification de la disparition des infractions est effectuée par le même organisme
de contrôle que celui qui a réalisé la visite de contrôle.
2.4 Visite de contrôle des installations à basse tension avant tout renforcement de la puissance
de raccordement au réseau public de distribution :
Pour la visite de contrôle lors d’un renforcement de puissance, l’agent visiteur vérifie que l’installation
électrique satisfait bien aux prescriptions générales imposées par le R.G.I.E. art.276 (toute installation
électrique d’une unité d’habitation qui n’a pas fait l’objet d’un examen de conformité conformément à
l’article 270). Les infractions constatées au cours de la visite de contrôle doivent être résolues le plus
rapidement possible. Les mesures nécessaires doivent être prises entre-temps, afin que l’installation en
infraction (si elle est maintenue en service) ne constitue pas une danger pour les personnes ou les biens.
La vérification de la disparition des infractions au terme de un an prenant cours le jour de la visite est
effectuée par le même organisme de contrôle que celui qui a réalisé la visite de contrôle.
2.5 Visite de contrôle lors de transfert de propriété d’une unité d’habitation
Depuis le 1er Juillet 2008, un procès-verbal de contrôle de l’installation électrique est imposé par la loi pour toute
vente de maisons ou d’appartements construits avant 1981. Ce rapport est remis au vendeur après que l’installation
ait été contrôlée par un organisme de contrôle agrée. Le but est que l’acheteur ait une idée claire et juste de l’état
de l’installation électrique. Cette visite de contrôle est Imposé par l’art. 276 bis du RGIE. Le vendeur de l’unité
d’habitation concernée fait effectuer à sa charge la visite de contrôle et transmet ensuite le procès-verbal de visite
au notaire. La convention de transfert de propriété mentionne la remise de l’original de procès-verbal de visite. Dans
le cas d’une visite de contrôle donnant lieu à un procès-verbal négatif, le vendeur est obligé de faire mentionner dans
l’acte authentique l’obligation pour l’acheteur de communiquer par écrit son identité et la date de l’acte de vente à
l’organisme agréé qui a exécuté la visite de contrôle de l’installation électrique. Après cette communication l’acheteur
a le libre choix de désigner un organisme agréé pour une nouvelle visite de contrôle afin de vérifier la disparition des
infractions au terme du délai de 18 mois prenant cours le jour de l’acte de vente.
Si l’acheteur désigne un autre organisme agréé, ce dernier en informe l’organisme agréé qui a rédigé le premier procès-
verbal de visite de contrôle. Dans le cas où, lors de cette nouvelle visite de contrôle, les infractions subsistent, les
prescriptions de l’article 274.02 (*) sont d’application.
(*) Art.274
Installations en infraction aux prescriptions du présent règlement lors de l’examen de conformité ou de la visite de
contrôle
02. Visite de contrôle
Les travaux nécessaires pour faire disparaître les infractions constatées au moment de la visite de contrôle périodique
sont exécutés sans retard et toutes mesures adéquates prises pour qu’en cas de maintien en service de l’installation,
lesdites infractions ne constituent pas un danger pour les personnes et les biens.
7
En outre, pour les installations électriques domestiques :
• la vérification de la disparition des infractions est effectuée par le même organisme agréé que celui qui a réalisé
la visite de contrôle.
• le Service public fédéral ayant l’Energie dans ses attributions, est informé dans un délai d’un an, par l’organisme
agréé qui a effectué la visite de contrôle, de l’existence d’infractions au cas où il n’est pas donné suite à la remise
en ordre de l’installation.
Voir aussi «Documents à mettre à disposition de l’organisme agréé pour le contrôle», pag.5 et 6.
2.6 Visite de contrôle des installations à basse tension dont l’exécution a été entamée après le 1er
octobre 1981
Pour la visite de contrôle périodique, l’agent vérificateur vérifie que l’installation électrique satisfait bien aux prescriptions
générales imposées par le RGIE, art.271 :
Périodicité :
• Tous les 25 ans pour les installations domestiques ;
• Tous les 13 mois pour les installations foraines ;
• Tous les 5 ans pour les autres installations ;
Les infractions constatées au cours de la visite de contrôle doivent être résolues le plus rapidement possible. Les mesures
nécessaires doivent être prises entre-temps, afin que l’installation en infraction (si elle est maintenue en service)
ne constitue pas un danger pour les personnes ou les biens.
La vérification de la disparition des infractions au terme d’un an prenant cours le jour de la visite est effectuée par le
même organisme de contrôle que celui qui a réalisé la visite de contrôle.
2.7 Visite de contrôle des installations à basse tension dont l’exécution a été réalisées avant le
1er octobre 1981
Si l’installation électrique n’a pas subi de changement important ou d’extension notable, il n’y a pas d’obligation de
contrôle périodique.
Toutefois, il vous est vivement conseillé de veiller au respect des principes élémentaires de sécurité et d’équiper votre
installation de tous les dispositifs de sécurité conformes aux impositions du R.G.I.E. nécessaires pour votre protection
et celle de vos biens.
En cas de doute, faites vérifier votre installation par un spécialiste !
8
3. DOCUMENTS À METTRE À DISPOSITION DE L’ORGANISME AGRÉÉ POUR LE
CONTRÔLE D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE DOMESTIQUE
3.1. Le dossier de l’installation électrique
( voir « Devoirs du propriétaire, gestionnaire ou locataire dans les installations, R.G.I.E., art.269)
Le dossier d’une installation électrique domestique est établi en deux exemplaires, dont l’un est détenu par le propriétaire
ou le gestionnaire de l’installation électrique et l’autre, par l’éventuel locataire.
Le dossier de l’installation électrique domestique comporte:
• le ou les schémas unifilaires de l’installation électrique – obligatoire(s) pour les installations électriques d’après
01.10.1981 ;
• le ou les schémas de position des éléments de l’installation électrique – obligatoire(s) pour les installations
électriques d’après 01.10.1981) ;
• le ou les procès-verbaux de conformité de l’installation électrique ;
• éventuellement, le ou les procès-verbaux de contrôle de l’installation électrique ;
• éventuellement, les documents établissant que le matériel électrique offre les garanties de sécurité que
doivent présenter certaines machines, appareils et canalisations électriques ;
• éventuellement les mêmes documents que repris sous 1., 2., 3. et 5., si une modification importante ou une
extension notable a été faite à l’installation électrique ;
• éventuellement, la ou les descriptions succinctes de toute modification, qui ne peut être qualifiée d’importante,
ou de toute extension, qui n’est pas notable, qui auraient été apportées à l’installation électrique ;
• le code EAN* – ce code identifie le point de raccordement de l’installation électrique repris sur la facture (dès
le 1er janvier 2007).
(*) EAN est l’abréviation de «European Article Numbering». Il s’agit d’un code composé de 18 chiffres. Ce code doit être mentionné
dans le procès verbal qui sera transmis au notaire afin de finaliser la vente de votre bien.
3.2 Les schémas unifilaires et de position pour les installations domestiques
Pour toute installation électrique domestique nouvelle ou pour toute modification importante ou toute extension
notable d’une installation électrique domestique existante, la ou les personnes qui ont réalisé cette installation en
établissent les schémas unifilaire et de position.
Les nom, qualité, numéro de T.V.A. ou, en son absence, le numéro, la date et la commune d’émission de la carte d’identité
de cette ou de ces personnes sont mentionnés sur ledit schéma unifilaire.
L’adresse du lieu où est placée cette installation électrique est mentionnée sur les schémas unifilaires et de position.
Cette ou ces personnes, de même que l’organisme agréé visé à l’article 275 du Règlement général sur les installations
électriques, signent et datent lesdits schémas. Le propriétaire de l’installation électrique date et signe les schémas qui
doivent être conservés par l’organisme agréé précité.
9
3.2.1. Le schéma unifilaire :
Définition :
Représentation schématique d’une installation électrique fixe, qui ne tient pas compte de la position du matériel électrique
mais qui donne, grâce à des symboles (voir annexe 1 p.33 37) , la composition de chaque circuit élémentaire et l’interconnexion
des circuits élémentaires entre eux pour former l’installation électrique ; y sont mentionnés le ou les types
de canalisation, la section et le nombre des conducteurs de ces canalisations, le mode de pose, le type et les caractéristiques
des dispositifs de protection, à courant différentiel résiduel et ceux contre les surintensités, les interrupteurs,
les boîtes de connexion, les boîtes de dérivation, les socles de prises de courant, les points lumineux et les appareils
d’utilisation fixes. Circuit élémentaire : portion d’une installation électrique comprise entre deux dispositifs successifs de
protection contre les surintensités (circuit principal divisionnaire) ou existant en aval du dernier de ces dispositifs (circuit
terminal).
Exemple d’un schéma unifilaire :
3.2.2. Le schéma de position :
Définition :
Plan donnant, au moyen de symboles (voir annexe 1 p.33, 37), la position des tableaux, des boîtes de connexion, des boîtes
de dérivation, des socles de prise de courant, des points lumineux, des interrupteurs et des appareils d’utilisation dont
mention est faite sur le schéma unifilaire de l’installation électrique.
Exemple d’un schéma de position :
Remarques :
• si le vendeur ne dispose pas de schémas unifilaire et /ou de position lors de la visite, l’agent visiteur doit le mentionner
comme infraction dans le rapport de contrôle. Comme pour toute infraction, cela n’a pas d’influence sur
la vente de l’unité d’habitation.
• pour les nouvelles installations électriques datant d’après le 1er octobre 1981, la réalisation des schémas unifilaires
et de position en trois exemplaires est obligatoire.
• si au moins une partie de l’installation électrique date d’avant le 1er octobre 1981, l’agent visiteur doit rédiger
d’une part un croquis ou une description sommaire des tableaux électriques et d’autre part un croquis de la
situation reprenant au minimum les prises, les interrupteurs, les différents points lumineux et les appareils
d’utilisation fixes visibles. Les croquis sont désormais obligatoires en cas de vente même s’ils ne remplacent
pas les schémas réglementaires à dresser et sont demandés par les notaires pour finaliser l’acte de vente..
4. DEVOIRS DU PROPRIÉTAIRE, GESTIONNAIRE OU LOCATAIRE DANS LES INSTALLATIONS
(ART.269)
Le propriétaire, le gestionnaire ou éventuellement le locataire d’une installation électrique domestique
détient le dossier de l’installation électrique (voir point 3, p.38, 39 « Documents à mettre à disposition de l’organisme
agréé pour le contrôle ») conformément aux dispositions fixées par le Ministre ayant l’Energie dans ses attributions.
Le propriétaire, le gestionnaire ou éventuellement le locataire d’une installation électrique est tenu :
• d’en assurer ou d’en faire assurer l’entretien ;
• de prendre toutes les mesures adéquates pour que les dispositions du présent règlement soient
en tout temps observées ;
• d’aviser immédiatement la direction du département «Energie» du Service Public Fédéral Economie
de tout accident survenu aux personnes et dû, directement ou indirectement, à la présence
d’installations électriques ;
• de contrôler régulièrement (tous les mois) le bon fonctionnement des interrupteurs ou disjoncteurs
différentiels en agissant sur leurs boutons de test ;
• de contacter un organisme de contrôle agréé lors de l’expiration de la date de validité indiquée sur
le dernier rapport de contrôle de son installation électrique ;
12
II. Guide pratique pour les installations
électriques domestiques
1. GÉNÉRALITÉS
En qualité d’organisme de contrôle agréé, Greenfish Energy vous présente ce guide pratique qui contient divers commentaires
et informations sur les différents articles du Règlement Général sur les Installations Electriques (R.G.I.E.)
et leurs applications en pratique.
2. INSTALLATION ÉLECTRIQUE – RÈGLES DE SÉCURITÉ ÉLÉMENTAIRES
Electrocution, incendie… Les risques liés à une mauvaise installation électrique peuvent s’avérer très graves. A vous de
prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter ces incidents domestiques.
Afin d’assurer la sécurité électrique de votre logement, Greenfish Energy vous conseille vivement de :
Vérifiez que votre installation comporte :
• Un appareil général de commande et de protection de l’installation, appelé disjoncteur de branchement ou
d’un interrupteur-fusible général.
• Une prise de terre pour l’écoulement des courants de défaut à la terre.
Si votre installation n’en possède pas ou elle n’est pas conforme,
il faut impérativement en créer une, conformément à la réglementation.
• Un système de protection différentielle qui contrôle les courants de défaut et coupe automatiquement l’alimentation
lorsqu’ils deviennent dangereux.
Si votre installation n’en possède pas, il faut impérativement en créer un, conformément à la réglementation.
Ce système est composé d’au moins d’un interrupteur ou disjoncteur différentiel placé au début de l’installation,
de sensibilité max. 300mA et d’un courant nominal minimal de 40A. Un interrupteur différentiel de
30mA doit être prévu pour la salle de bain, de douche, séchoirs, lessiveuses, lave-vaisselle au cas où la valeur
de la résistance de dispersion de la prise de terre est plus petite que 30mA. Des interrupteurs différentiels
supplémentaires doivent être placés si la valeur de la résistance de dispersion de la prise de terre se situe
entre 30 et 100mA.
• Un ou plusieurs tableaux de répartition conforme(s) à la règlementation, contenant les appareils de protection
contre les surcharges et courts-circuits ainsi que des appareils de commande pour les circuits de départ.
13
Faites appel aux bons réflexes :
• Avant de commencer à travailler dans une installation électrique, coupez l’alimentation générale,
même si c’est pour changer une ampoule.
• Utilisez une tenue adéquate.
(chaussures à semelles en caoutchouc, gants en caoutchouc, etc.)
• Utilisez des outils à manche isolé, destinés spécialement pour les travaux électriques (tournevis à
lame isolée, cutter, pince à dénuder les fils, tenaille…).
• Lorsque vous réalisez des connexions, assurez-vous que l’isolant des conducteurs n’est pas défectueux.
Vous éviterez ainsi tout risque de court-circuit.
• Tout circuit doit être protégé par un coupe-circuit de puissance correspondant à sa capacité.
• Réparez immédiatement tout appareil électrique endommagé.
• Ne nettoyez pas un appareil électrique ou ne remplacez pas un de ses éléments sans l’avoir débranché
en amont.
• Ne travaillez jamais sur une installation électrique avec les mains mouillées ou les pieds dans
l’eau.
• Evitez la surcharge de prises multiples sur les circuits. Préférez les socles de prises multiples.
• Ne réparez jamais une rallonge électrique que vous auriez endommagée, remplacez-la.
• Respectez les contraintes des installations électriques dans la salle de bain.
14
3. PRESENTATION D´UNE INSTALLATION ELECTRIQUE DOMESTIQUE
3.1. Installation de mise à la terre
3.1.1. Description générale
Le rôle de l’installation de mise à la terre consiste à relier les divers éléments et appareils de l’installation électrique à
la prise de terre. Elle permet d’éviter les électrocutions en évacuant dans le sol les courants de fuite dus à des défauts
d’isolement. La prise de terre capte les courants de fuite, ce qui permet aux dispositifs différentiels de les mesurer et
de se déclencher pour assurer la protection des personnes et des biens.
Conducteurs de protection dans le schéma de liaison à la terre TT (art.28)
(schéma de liaison à la terre utilisé pour les installations électriques domestiques BT)
L’installation de mise à la terre comprend (art.28)
(1) liaisons équipotentielles principales
(2) liaisons équipotentielles supplémentaires
(3) conducteur de protection
(4) terre du distributeur
(5) conducteur principal de protection
(6) borne principale de terre
(7) barrette de sectionnement
(8) conducteur de terre
(9) prise de terre utilisateur
(10) masses
(11) charpente
(12) décharges
(13) chauffage
(14) eau
(15) gaz
15
3.1.2. Prise de terre utilisateur (9) : – voir fig.1, pag.14
La prise de terre est réalisée conformément aux dispositions de l’art.69 et sa résistance de dispersion RE doit être
inférieure à 100 ohms (art.86.01).
Le Ministère ayant l’Energie dans ses attributions peut fixer, par arrêté, les conditions techniques permettant d’établir
une prise de terre commune à plusieurs installations électriques, dans ce cas, la résistance de dispersion RE est inférieure
à 30 ohms.
Pour les installations domestiques des habitations neuves, l’art. 86.01 exige que la prise de terre ait une résistance de
dispersion de moins de 100 ohms et une boucle de terre en cuivre nu, sans soudure, pour les fondations allant à plus
de 0,60 m de profondeur. Cette boucle de terre a au moins 35 mm2 de section et ses extrémités sont visitables.
Pour une valeur de résistance de dispersion RE de plus de 30 ohms mais inférieure à 100 ohms (30ohm < RE<100ohm), la protection doit être complétée par des interrupteurs ( disjoncteurs ) différentiels supplémentaires (art. 86.07). Bâtiments existants La prise de terre peut se composer d’un ou plusieurs piquets, de barres ou d’un ou plusieurs conducteur horizontaux enfouis dans le sol et reliés entre eux et qui établissent une liaison électrique avec la terre. 16 Nouvelles constructions : Pour toute nouvelle construction dont le fond de fouille des fondations atteint au moins 0,60 m, la prise de terre comporte une boucle de terre disposée à fond de fouille, à la verticale des murs extérieurs, sans entrer en contact avec les matériaux de fondations (mortier, béton, armature). La boucle de terre se compose soit d’un conducteur en cuivre nu ou plombé de 35 mm² de section ronde soit de sept âmes câblées en cuivre semi-rigide de 35 mm². Les extrémités (ou éventuellement les tronçons) de la boucle doivent rester accessibles et pourvues d’une clame de mesure. Boucle de terre à fond de fouille Boucle de terre Sectionneur de terre 17 3.1.3. Barrette de sectionnement (7) – voir fig.1, pag. 14 La barrette de sectionnement est imposée par RGIE et est destinée à permettre une mesure correcte de la valeur de résistance de dispersion de la prise de terre utilisateur(9). 3.1.4. Conducteurs de protection – voir fig.1, pag. 14 Les conducteurs de protection doivent être de couleur vert/jaune et ne peuvent pas être utilisés qu’en tant que conducteur de protection. Les conducteurs de protection doivent être distribués dans l’ensemble de l’installation et aboutir à tous les appareils d’utilisation tels que prises, luminaires, appareils à poste fixe et autres, à l’exception des appareils électriques alimentés en très basse tension de sécurité (TBTS). 3.1.4.1 Conducteur de terre(8) : ( fig.1, pag. 14 ) Conducteur de protection reliant la borne principale de terre(6) à la prise de terre utilisateur(9). 3.1.4.2 Conducteur principal de protection(5) : ( fig.1, pag. 14 ) Le conducteur auquel sont reliés d’une part le ou les conducteurs de terre(8), et d’autre part les conducteurs de protection des masses(3) et, si nécessaire, ceux des éléments conducteurs étrangers et éventuellement le neutre. 18 3.1.4.3 Liaison équipotentielle principale LEP(1) : ( fig.1, pag. 14 ) Liaison électrique spécialement destinée à mettre au même potentiel (à la terre) des éléments conducteurs susceptibles de propager un potentiel dangereux, comme par exemple les conduites d’eau, gaz, chauffage, climatisation, tous les éléments métalliques de la construction (charpentes, poutrelles, …). 3.1.4.4 Liaison équipotentielle supplémentaire LES (2) : ( fig.1, pag. 14 ) Liaison électrique localement imposée pour mettre au même potentiel (à la terre) les salles de bains et salles de douches en reliant toutes les parties métalliques simultanément accessibles tels que la baignoire, le bac de douche, les canalisations d’eau chaude et d’eau froide, etc. 19 3.1.5. Sections des conducteurs de protection à respecter sont indiquées dans le tableau ci-dessous : Conducteur de protection Section min. Conducteur de terre 16 mm² (*) Conducteur principal de protection 6 mm² Conducteur de protection pour prises 2,5mm Conducteur de protection pour éclairage 1,5mm² Liaisons équipotentielles principales 6 mm² Liaisons équipotentielles supplémentaires 2,5 mm² lorsque les conducteurs sont protégés mécaniquement (ex :par tube) 4mm² pour conducteurs sans protection mécanique (*) Pour le conducteur de terre nu la section minimale doit être de 25mm² 3.2 Tableaux de répartition Caractéristiques : • classe I (métal) ou de classe II (isolant). • équipés d’une paroi arrière et d’une porte. • composés de matériau incombustible, hydrofuge et ont une résistance mécanique suffisante. • aisément accessibles, placés à environ 1,5 mètres du sol et à portée de main. • les appareils de protection et de commande, alimentés par différents tarifs d’alimentation, doivent être séparés les uns des autres d’au moins 10 cm ou placés dans des coffrets séparés. • le tableau général doit être pourvu d’un interrupteur général adapté à la puissance de l’installation, avec une intensité nominale de minimum 40A. Cette fonction peut être assuré par l’interrupteur différentiel placé en tête de l’installation. • l’exécution du tableau doit correspondre aux données reprises sur le schéma unifilaire. • le câblage du tableau à l’aide des conducteurs souples est autorisé pour autant que leurs extrémités soient placées dans des embouts sertis ou un système similaire. 20 3.3 Dispositifs différentiels Le dispositif de protection à courant différentiel résiduel détecte les courants de fuite vers la terre et coupe l’alimentation du circuit respectif dès que la valeur du courant de défaut atteint la sensibilité du dispositif différentiel. Ce dispositif offre une excellente protection contre les risques d’électrocution , d’incendies ainsi que contre les consommations supplémentaires dues au pertes de courant. Prescription R.G.I.E : Au moins un interrupteur différentiel doit être placé au début de l’installation et possède les caractéristiques suivantes (RGIE, art.86) : • sensibilité maximale de 300 mA ; • adapté au disjoncteur de branchement et au moins d’un courant nominal de 40 A ; • pourvu d’un marquage CE ; • doit être scellable ; • en actionnant le bouton «test», l’appareil doit ouvrir les contacts principaux et couper la tension du réseau d’alimentation ; • la valeur du courant de court-circuit (Icc) doit être marquée sur l’appareil est doit être d’au moins 3000 A ; • marquage de la valeur de contrainte thermique de 22,5 kA² s ; • doit être de type A (sensible au courant continu pulsé) dont la pictogramme doit être présente ; 21 Emploi des interrupteurs différentiels dans les installations électriques domestiques en fonction de la valeur de la résistance de dispersion de la prise de terre RE (R.G.I.E. - art. 86.07et 86.08) a. Pour une valeur de la résistance de dispersion de la prise de terre moins de 30ohm : (RE<30ohm) • un dispositif différentiel d’une sensibilité maximale de 300mA à l’origine de l’installation. • un dispositif différentiel d’une sensibilité maximale de 30mA pour salles de bains, salles de douches, machines à laver, séchoirs, lave-vaisselles. • un dispositif différentiel d’une sensibilité maximale de 100mA pour circuits de résistances de chauffage noyées dans le sol. • un dispositif différentiel d’une sensibilité maximale de 10mA lorsque une prise est installée dans le volume 2 de la salle de bain. 30mA Disjoncteur de branchement (Propriété GRD) I 300mA In 40A I In 40A CONFIGUTARION D'UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE DOMESTIQUE BASSE TENSION POUR UNE VALEUR DE RÉSISTANCE RE 30 ohm Attention : Volumes à respecter (voir R.G.I.E.- art.86.10) Type A Type A Dispositif de protection différentielle en tête de l'installation R.G.I.E. - art.86.07 Dispositif de protection différentielle pour salles de bains / douches et lessiveuses, séchoirs, lave-vaisselle R.G.I.E. - art.86.08 RE 30 ohm Prise de terre utilisateur DE DISPERSION DE LA PRISE DE TERRE C:\Users\Greenfish\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Low\Content.IE5\43MM2039\images0XPLBJWB.jpg C:\Users\Greenfish\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Low\Content.IE5\43MM2039\images0XPLBJWB.jpg C:\Users\Greenfish\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Low\Content.IE5\D22NL4XX\images6UY6QDEJ.jpg 30mA Disjoncteur de branchement (Propriété GRD) I 300mA In 40A I In 40A CONFIGUTARION D'UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE DOMESTIQUE BASSE TENSION POUR UNE VALEUR DE RÉSISTANCE RE 30 ohm Attention : Volumes à respecter (voir R.G.I.E.- art.86.10) Type A Type A Dispositif de protection différentielle en tête de l'installation R.G.I.E. - art.86.07 Dispositif de protection différentielle pour salles de bains / douches et lessiveuses, séchoirs, lave-vaisselle R.G.I.E. - art.86.08 RE 30 ohm Prise de terre utilisateur DE DISPERSION DE LA PRISE DE TERRE C:\Users\Greenfish\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Low\Content.IE5\43MM2039\images0XPLBJWB.jpg C:\Users\Greenfish\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Low\Content.IE5\43MM2039\images0XPLBJWB.jpg C:\Users\Greenfish\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Low\Content.IE5\D22NL4XX\images6UY6QDEJ.jpg 22 b. Pour une valeur de la résistance de dispersion de la prise de terre comprise entre 30 et 100 ohm : (30ohm < RE <100ohm) • un dispositif différentiel d’une sensibilité maximale de 300mA à l’origine de l’installation. • un dispositif différentiel de 30 mA doit être placé sur les circuits d’éclairage. • un dispositif différentiel de 30 mA par groupe de circuits de maximum 16 prises simples ou multiples. • un dispositif différentiel de max 100 mA doit être prévu pour les circuits frigos, congélateurs et cuisinières électriques. 30mA Disjoncteur de branchement Dispositif de protection différentielle en tête de l'installation (Propriété GRD) I 300mA In 40A R.G.I.E. - art.86.07 I In 40A CONFIGUTARION D'UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE DOMESTIQUE BASSE TENSION POUR UNE VALEUR DE RÉSISTANCE 30 ohm RE 100 ohm I =30mA In 40A In 40A In 40A I =100mA In 40A I =30mA I =30mA Attention : Volumes à respecter (voir R.G.I.E.- art.86.10) Ensemble circuits éclairage Circuit ou groupe de circuits max. 16 socles de prises de courant simples ou doubles RE 100 ohm Prise de terre utilisateur 30 ohm Type A Type A Type A Type A Type A Type A DE DISPERSION DE LA PRISE DE TERRE 23 3.4 Fusibles et disjoncteurs Les fusibles et les disjoncteurs sont des dispositifs de protection contre les surcharges et les courts-circuits. • Les disjoncteurs (à l’exception des disjoncteurs à broches) doivent être munis du marquage suivant : • Les fusibles ou les disjoncteurs embrochables de calibres différents ne doivent pas être interchangeables.Des éléments de calibrage doivent être utilisés à cette fin. Le tableau suivant indique le courant nominal maximal des fusibles et des disjoncteurs correspondants aux éléments de calibrage (code couleur) tenant compte de la section des conducteurs. Fusible à broches Fusible à broches Disjoncteur clipsable sur rail DIN Attention ! Lorsqu’un fusible ou un disjoncteur a fonctionné, cherchez la cause et remédiez le défaut le plus rapidement possible, avant de remettre le circuit respectif en service ! 24 3.5 Canalisations 3.5.1. Généralités Dans les locaux intérieurs d’unités d’habitation, d’unités de travail domestiques, aussi bien que dans les parties communes des immeubles, seuls les modes de pose suivants sont autorisés pour autant que la section des conducteurs des canalisations ne dépasse pas 35 mm². 3.5.2. Mode de pose Mode de pose VOB VOBs VOBst VVB Ou XVB VFVB Ou XFVB VGVB Sous tube en plastique ou métal (*) Oui Oui Oui Oui Dans les plinthes Oui Oui Oui Oui En apparent Non Oui Oui Oui Encastré dans le mur sans tube (**) Non Oui Oui Non (*) Encastrement dans le mur : la canalisation doit avoir au moins une protection de 4 mm par le plâtrage ou 30mm dans le béton ou le ciment (**) Trajets à suivre dans le mur pour les canalisations encastrées sans tube • La section des conducteurs doit être toujours en concordance avec la puissance prévue des circuits respectifs. • Les conducteurs souples peuvent être utilisés pour le câblage des tableaux électriques pour autant que les fils soient contenus dans des embouts ou autre système équivalent de leurs deux extrémités. • Les canalisations électriques doivent être installées à une distance suffisante des canalisations d’eau, gaz, chauffage, etc. 25 3.5.3. Le tubage Les tubes sont réalisés en matériaux non combustibles. Dans le cas contraire, ils sont à insérer dans le béton. Types possibles : - matière thermoplastique PVC (souple, rigide, annelé). - acier T.A.L - acier à raccords filetés T.A.F. - matière thermoplastique, propagateur de flamme (jaune-orange). • Le diamètre des tubes doit être choisi de telle façon que les conducteurs puissent être aisément tirés ou retirés après que les tubes et leurs éléments soient placés. • Les tubes doivent être placés de telle façon que l’eau ne puisse pénétrer ni dans les tubes ni dans les appareils dans lesquels ils débouchent. • Les tubes apparents sont à fixer tous les 50 cm. • Il est interdit de réaliser des raccordements ou des soudures entre conducteurs dans les tubes. • Dans les endroits où la température dépasse 60 °C, il est interdit d’utiliser des tubes PVC. • Il est interdit de placer dans les tubes des rallonges ou des cordons souples de type Csub. • Le câble de type VOB dans les tubes en acier est autorisé. 26 3.5.4. Section minimale des conducteurs Les sections minimales indiquées dans le tableau ci-dessous sont à respecter : Application Section Min. Eclairage 1,5 mm² Prises 2,5 mm² Circuits mixtes (éclairage, prises) 2,5 mm² (***) Commande, contrôle, signalisation 0,5 mm² (**) Séchoir, machine à laver 6 mm2²(*) Cuisinière électrique complète (monophasé) 6 mm² Cuisinière électrique complète (triphasé) 4 mm² (*) section plus faible autorisée pour une canalisation apparente ou lorsque les conducteurs sont placés dans un tube de min.1 pouce (25mm) ou conduit de réserve desservant le même endroit (**) si protection disjoncteur In=4A ou fusible In=2A (***) une seule prise de courant intégrée dans un luminaire de 2,5A peut être raccordée en 1,5mm² 3.5.5 Code de couleurs des conducteurs • Bleu Conducteur de neutre - Si le neutre n’est pas distribué, un conducteur de couleur bleue peut être utilisé comme conducteur de phase. - Greenfish Energy conseille d’utiliser toujours le bleu dans les circuits même en absence de neutre, de manière à faciliter le passage éventuel en alimentation 3N400VAC. • Jaune/Vert Conducteur de protection - L’utilisation d’un conducteur de couleur jaune/vert comme conducteur actif (phase ou neutre) est strictement interdite. - La couleur jaune/vert du conducteur de protection doit être présente sur toute la longueur de l’isolant du conducteur. - Les conducteurs jaune/vert peuvent être absents des canalisations d’une section inférieure à 1,5 mm² (utilisation pour les circuits de commande et de signalisation). • Jaune Interdit (*) • Vert Interdit (*) (*) La couleur jaune et verte est permise d’utilisation pour circuits de commande, contrôle, signalisation, mesure pour autant que la section du conducteur ne dépasse pas 1,5mm². 27 3.6. Prises, interrupteurs et éclairage 3.6.1 Prises • par circuit, le nombre de prises simples ou multiples doit rester limité à 8. • par circuit mixte (prises et éclairage), un maximum de 8 points lumineux ou prises peuvent être placés. • toutes les prises, alimentées en basse tension, sont pourvues d’une broche de terre raccordée (l’utilisation de terre latérale est interdite) et d’une protection enfant. • les prises fixées au mur sont placées à une hauteur minimale de 15 cm par rapport au sol dans les locaux secs et à 25 cm min. pour les locaux humides (cuisines, salles de bain, buanderies), sauf si elles sont fixées dans des plinthes ou dans certaines conditions dans le sol (chapelles de sol). • les prises encastrées dans les murs sont à placer dans des blochets métalliques ou en matériau isolant. Les anciens blochets en bois ignifugé peuvent être réutilisés lors de modifications apportées à l’installation électrique. • les prises apparentes ouvertes à l’arrière sont à fixer sur des plaques de montage en matériau isolant (PVC ou rosaces en bois ignifugé). 3.6.2 Interrupteurs Des interrupteurs unipolaires, télérupteurs et dimmers peuvent être utilisés dans des circuits monophasés pour luminaires, prises ou commande jusqu’à un courant nominal de 16A. Pour les circuits avec neutre distribué c’est la phase qui doit être commandée. 3.6.3 Eclairage Dans les nouvelles installations électriques, au moins 2 circuits doivent être prévus pour l’éclairage.. Les appareils d’éclairage qui pèsent plus de 5 Kg, ne peuvent pas être suspendus aux fils d’alimentation et doivent (pour l’éclairage extérieur) être placés de telle manière que l’eau ne puisse pas s’infiltrer dans le soquet. 28 3.7. Salles de bains et douches Le risque d’électrocution est très élevé dans les salles de bains et de douches en raison de la faible résistance du cors humain lorsqu’il est mouillé ou immergé. Il est interdit d’installer ou d’utiliser un appareil électrique mobile ou portatif dans un bain ou une douche, ou à proximité immédiate ! 3.7.1 Volumes Les salles de bain sont composées de différents volumes : • volume 0 : volume intérieur de la baignoire ou de la cuvette de douche. • volume 1 : ou volume d’enveloppe. C’est le volume contenu dans la surface cylindrique verticale circonscrite au bord de la baignoire ou de la cuvette de douche qui est limité en bas, par le plan horizontal du sol entourant la baignoire ou la cuvette de douche et en haut, par le plan horizontal situé à 2,25 m du plan horizontal précédent et dont sont extraits le volume 0 et le volume 1 bis éventuel. Lorsque la douche ne comporte pas de cuvette, cette dernière est remplacée par un cercle avec un rayon de 0,6 m avec centre à l’aplomb de la pomme de douche. • volume 1bis : Le volume délimité par la paroi extérieure de la baignoire et une structure pleine se raccordant au bord de la baignoire et rejoignant le sol. • volume 2 : ou volume de protection. C’est le volume qui est extérieur au volume 1 et au volume 1 bis éventuel, limité par la surface cylindrique verticale distante de 0,6 m de la limite du volume 1 et par les mêmes plans horizontaux que ceux définis au volume 1. • volume 3 : ou volume de circulation. C’est le volume extérieur au volume 2, limité par la surface cylindrique verticale distante de 2,4 m du volume 2 et par les mêmes plans horizontaux que ceux définis au volume 1 et limité au local contenant baignoires ou douches La présence des parois fixes ou des éléments de paroi pivotants peut influencer les dimensions des volumes précités. 29 3.7.2 Matériel électrique autorisé dans les volumes d’une salle de bain Volume Matériel autorisé Indice de protection 0 Uniquement le matériel qui est raisonnablement nécessaire Alimentation TBTS ≤ 12 V AC Alimentation TBTS ≤ 6 V AC IP X7 IP 00 1 Chauffe-eau à poste fixe (eau sanitaire ou combi) Alimentation TBTS ≤ 12 V AC Alimentation TBTS ≤ 6 V AC IP X4 IP X4 IP 00 1 bis Installation d’hydromassage avec le point d’alimentation IP X4 2 Chauffe-eau à poste fixe (eau sanitaire ou combi) Luminaire (hauteur min. 1,6m) Chauffage et ventilateur à poste fixe (classe II) Prise via transfo (100 W max.) Prise via différentiel (sensibilité 10 mA) Alimentation TBTS ≤ 12 V AC IP X4 IP X4 IP X4 IP XX IPXX IP 00 3 Matériel électrique divers Alimentation TBTS ≤ 12 V AC IP X1 IP 00 TBTS : Très basse tension de sécurité IP X7: Protégé contre les effets d’une immersion temporaire dans l’eau IP X4 : Matériel protégé contre les projections d’eau IP X1 : Matériel protégé contre les chutes verticales de gouttes d’eau IP 00 : Pas de protection IP XX : Nous conseillons de toujours placer les prises dans le volume 3 ; si impossible, en montage apparent IPX4 ; en encastré, soin particulier au montage 30 3.7.3 Canalisations électriques Les canalisations électriques dans les salles de bain et les salles de douche ne peuvent comporter aucun élément métallique (tube en métal, câbles armés). Les canalisations doivent emprunter des trajets horizontaux et verticaux et être exclusivement destinées au matériel électrique installé dans ces volumes. 3.7.4 Liaisons équipotentielles supplémentaires Tous les éléments conducteurs étrangers (baignoire, tube de douche...) et les masses du matériel électrique à basse tension et très basse tension doivent être reliés localement aux conducteurs de protection des circuits aboutissant dans la salle d’eau. 31 3.7.5 Résistances chauffantes noyées dans le sol Les résistances chauffantes noyées dans le sol sont autorisées à condition d’être recouvertes d’un grillage métallique ou de comporter un revêtement métallique relié à la liaison équipotentielle supplémentaire. 3.8. Eclairage à très basse tension de sécurité Les lampes halogènes sont de plus en plus utilisées dans l’éclairage domestique. Cet éclairage se distingue surtout par sa longévité et son rendement lumineux. Pour se prémunir contre le danger d’électrocution (action mortelle du courant électrique dans le corps humain et animal) on utilise dans des certains environnements une tension réduite, appelée la « Très Basse Tension de Sécurité » - TBTS. Le R.G.I.E. est également d’application pour les installations à TBTS. Concernant le mode de pose, une exception est faite : des conducteurs nus à la place de conducteurs isolés sont autorisés lorsque la tension alternative maximale entre les conducteurs ne dépasse pas les valeurs suivantes pour les différents états du corps humain : Etat Conducteur isolé Conducteur nu BB1 : peau sèche ≤ 50V AC ≤ 25V AC BB2 : peau humide ≤ 25V AC ≤ 12V AC BB3 : peau immergée ≤ 12V AC ≤ 6V AC ATTENTION • Cette règle n’est pas d’application pour les piscines et les saunas. • Une installation avec des appareils placés en série n’est pas une installation TBTS. • Employer uniquement du matériel électrique sûr, c’est-à-dire un matériel pourvu d’une marque de contrôle, d’une référence à une norme ou d’un sigle CE. Toujours lire attentivement les conditions d’emploi et d’installation du fournisseur. Malgré le recors à la TBTS, il faut rester attentif au risque d’incendie en utilisant exclusivement du matériel électrique sûr, pourvu d’un label ou d’une référence à une norme. Une attention particulière doit être portée aux conditions d’utilisation prescrites par le fabricant. Lampes Ne placer jamais des lampes dans un environnement combustible (bois, isolation, etc.). Pour prévenir l’incendie prévoyez une distance suffisante ( min.50cm) entre la lampe et les objets éclairés. Transformateurs Les lampes halogènes ne peuvent pas être raccordées au réseau public d’alimentation sans interposition d’un transformateur qui convertit le 230 V en tension moins élevée. Ce transformateur doit être de type «transformateur de sécurité». Les transformateurs doivent être installés de telle manière qu’ils restent accessibles et qu’ils soient suffisamment ventilés. Pour prévenir le risque d’incendie, le transformateur doit être protégé contre les surcharges et les court-circuits du coté secondaire. Certains transfos sont dotés de fusibles ou de disjoncteurs de protection intégrés. Si ce n’est pas le cas, il vous appartient d’installer vous-même une protection adéquate. Placez le transformateur à proximité de la lampe (pour réduire la chute de tension), en veillant cependant a maintenir une distance suffisante pour que la lampe ne chauffe pas trop le transformateur. 32 Conducteurs La section des conducteurs en aval du transfo doit être choisie en fonction de l’intensité maximale de courant et de la chute de tension. Les protections requises contre les surcharges et les court-circuits doivent être installées. Pour information : section nécessaire (mm²) en fonction de la longueur d’un circuit en 12V AC pour une chute de tension maximale de ± 3 % et courant nominal de la protection côté secondaire du transfo. Pour toute o‡re groupée ,nous adaptons nos prix, n’hésitez pas à nous demander un devis ou une convention de partenariat par mail via certi@greenfish.eu ou par téléphone au 0800/ 82 321 Notre valeur ajoutée : Une prise de rendez-vous rapide. Une qualité irréprochable et un travail sérieux. Nous sommes actifs sur toute la Belgique. Tous nos rapports sont informatisés. Contacts : N°gratuit : 0800/82.321 GSM pour Liège & Luxembourg : 0490/64 91 97 GSM Hainault, Brabant Wallon et namur : 0499/10 63 07 GSM Bruxelles et périphérie : 0488/13 22 40 Ou par e-mail sur certi@greenfish .eu

Commander

loader